Comment obtenir la carte grise pour une voiture électrique ?

carte grise voiture electrique

La transition vers un mode de vie plus écologique s’accélère et la mobilité en est un des piliers. Parmi les solutions les plus en vogue, l’acquisition d’une voiture électrique séduit de plus en plus d’utilisateurs. Mais une fois le choix du véhicule opéré, se pose la question de son intégration légale dans notre quotidien, à savoir l’obtention de sa carte grise. Heureusement, en plus d’être un geste pour la planète, choisir un véhicule électrique ouvre droit à des avantages non négligeables, notamment des avantages fiscaux intéressants et des facilités administratives qui l’accompagnent. Cet article vous guidera à travers le parcours serein d’immatriculation de votre éco-mobile, vous dévoilera les différents avantages auxquels vous pouvez prétendre et les coûts associés, qui tendent à être significativement inférieurs à ceux imposés aux véhicules classiques. Prêt à rouler vers l’avenir en toute conformité ? Suivez le guide !

Quels sont les avantages fiscaux pour les véhicules électriques ?

En embrassant l’évolution électrique, les automobilistes bénéficient de nombreux avantages fiscaux propices à alléger le fardeau financier traditionnellement associé à la possession d’un véhicule. Premièrement, les propriétaires de voitures électriques jouissent d’une exonération totale de la taxe régionale dans le cadre de leur immatriculation. Effectivement, où que vous résidiez en France métropolitaine ou dans les DOM-TOM, cette faveur reste constante.

La diversité régionale vient toutefois ponctuer le tableau fiscal, puisque chaque région peut appliquer ses propres exonérations à des véhicules dits propres comme les hybrides, les véhicules fonctionnant au GPL ou à l’E85. À noter, par exemple, que la Corse offre une exonération totale de la taxe régionale pour ces catégories, tandis que les Hauts-de-France proposent une réduction de 50 % sur le prix du cheval fiscal. Les autres régions telles que le Grand-Est, l’Occitanie, ou l’Île-de-France, entre autres, n’octroient pour l’instant aucun avantage similaire, soulignant ainsi l’attractivité incontestable des véhicules 100 % électriques sur le plan de la fiscalité automobile.

Quelles étapes suivre pour immatriculer une voiture électrique ?

Pour marier écologie et légalité, le processus d’immatriculation d’une voiture électrique s’avère être un jeu d’enfant, entièrement dématérialisé. Ainsi, depuis l’adoption de votre compagnon de route, le parcours débute sur le site de l’Agence nationale des titres sécurisés (ANTS) ou via des plateformes spécialisées en ligne. La simplicité est de mise : de chez vous, sans avoir à vous déplacer, toutes les démarches nécessaires à l’inscription de votre automobile dans le registre légal des véhicules peuvent être accomplies.

Pour ce faire, vous aurez besoin de compiler certains documents nécessaires à l’appui de votre demande de carte grise. Illustrons le propos par une liste non exhaustive de pièces justificatives :

  • Un justificatif d’identité en cours de validité
  • Un justificatif de domicile
  • Le formulaire Cerfa n°13750 de demande de certificat d’immatriculation
  • Le formulaire Cerfa n°15776 attestant de la cession en cas d’achat d’un véhicule d’occasion
  • Une copie de votre permis de conduire
  • L’attestation d’assurance du véhicule

Les documents varient légèrement entre l’acquisition d’un véhicule neuf et d’un véhicule d’occasion : pour le premier, un certificat de vente ainsi qu’un certificat de conformité vous seront également demandés (Cerfa n°13749), tandis que pour le second, la carte grise de l’ancien propriétaire, barrée, datée et signée, s’ajoute à la liste, de même qu’un contrôle technique récent si le véhicule a plus de quatre ans.

Avec ces documents en main, votre demande de carte grise peut être traitée rapidement par l’ANTS, et après vérification de votre dossier, le précieux sésame vous sera acheminé directement à votre domicile. Pour ne rien gâcher, pendant l’attente, un certificat provisoire d’immatriculation vous sera envoyé par e-mail, vous permettant de circuler légalement en attendant de recevoir votre carte grise définitive.

Quels documents sont nécessaires pour immatriculer une voiture électrique ?

L’immatriculation d’une voiture électrique nécessite de réunir une série de documents essentiels. Ces documents diffèrent légèrement selon que le véhicule soit neuf ou d’occasion, mais dans toutes les circonstances, leur préparation est cruciale pour un traitement efficace et rapide de votre dossier.Pour une voiture électrique neuve, vous devrez fournir :

  • Un justificatif d’identité (carte d’identité, passeport) en cours de validité
  • Un justificatif de domicile récent (facture d’électricité, avis d’imposition, etc.)
  • Le formulaire Cerfa n°13749 (demande de certificat d’immatriculation d’un véhicule neuf)
  • Un certificat de conformité délivré par le constructeur
  • Un certificat de vente ou de facture du véhicule
  • Une copie de votre permis de conduire
  • L’attestation d’assurance du véhicule
  • Le justificatif de paiement de la TVA ou l’exonération si applicable

Pour une voiture électrique d’occasion, la liste des documents à présenter inclut :

  • Un justificatif d’identité en cours de validité
  • Un justificatif de domicile récent
  • Le formulaire Cerfa n°13750 (demande de certificat d’immatriculation)
  • Le formulaire Cerfa n°15776 si le véhicule vous a été cédé
  • La carte grise de l’ancien propriétaire, barrée, datée et signée
  • Un certificat de situation administrative (non-gage et non-opposition)
  • Une copie de votre permis de conduire
  • L’attestation d’assurance du véhicule
  • Le contrôle technique datant de moins de 6 mois si le véhicule a plus de 4 ans

Ces documents sont d’autant plus faciles à compiler que la démarche d’immatriculation est entièrement dématérialisée, permettant de tout envoyer en ligne pour plus de commodité.

Combien coûte la carte grise pour une voiture électrique ?

L’une des nombreuses incitations à l’adoption de véhicules électriques réside dans le coût réduit de leur carte grise. En France, les propriétaires de ces véhicules sont exemptés de la taxe régionale, ce qui représente une économie significative. Toutefois, d’autres frais modestes sont toujours à prendre en compte.

Le coût de l’immatriculation d’une voiture électrique comporte :

  • Une taxe de gestion s’élevant à environ 11 €
  • Une redevance d’acheminement fixée à 2,76 €

À titre de comparaison, pour les propriétaires de véhicules thermiques, ces frais sont généralement plus élevés en raison du prix du cheval fiscal, qui varie selon la région et qui peut conséquemment alourdir sensiblement le coût total de la carte grise, en plus des éventuelles surtaxes liées au malus écologique et au poids du véhicule.

En résumé, le coût final de la carte grise pour une voiture électrique revient essentiellement à la somme de ces deux tarifs forfaitaires, se situant aux alentours de 13,76 €, un montant bien inférieur à celui exigé pour les véhicules conventionnels.

Ces mesures s’inscrivent dans la politique incitative de l’État visant à encourager le passage à un parc automobile plus propre, réduisant ainsi l’empreinte carbone liée aux transports.

Quelle est la durée de validité de la carte grise pour une voiture électrique ?

La carte grise, aussi appelée certificat d’immatriculation, d’une voiture électrique, comme pour tout autre type de véhicule, est valable à vie. Néanmoins, cette sûreté administrative n’exempte pas son titulaire de certaines obligations de mise à jour en cas de modifications des informations qu’elle contient. Ainsi, plusieurs situations impliquent un renouvellement ou une mise à jour :

  • Un changement d’adresse : le propriétaire dispose d’un délai d’un mois à compter du déménagement pour mettre à jour la carte grise.
  • Un changement de propriétaire (en cas de vente ou de donation du véhicule) : un nouveau certificat d’immatriculation doit être établi.
  • La modification des caractéristiques techniques du véhicule : en cas de changements significatifs tels que l’ajout d’un attelage ou le changement de moteur.
  • La perte ou le vol de la carte grime : il est nécessaire de demander un duplicata.

Lors de ces événements, les procédures de mise à jour sont également dématérialisées et peuvent être réalisées sur les plateformes en ligne de l’Agence nationale des titres sécurisés (ANTS) ou grâce aux services de prestataires agréés. Tout manquement à ces obligations peut entraîner des sanctions, le véhicule étant alors considéré comme étant en situation irrégulière sur la voie publique.

Comment bénéficier du bonus écologique et de la prime à la conversion ?

L’acquisition d’une voiture électrique peut être adoucie par des incitations financières telles que le bonus écologique et la prime à la conversion, dans le but de promouvoir la circulation de véhicules moins polluants. Pour être éligible au bonus écologique, plusieurs critères doivent être respectés :

  • L’acquisition d’un véhicule électrique neuf dont le prix d’acquisition est inférieur à un certain seuil.
  • Le respect des plafonds de revenus fiscaux de référence (RFR).
  • L’immatriculation du véhicule en France.

Pour bénéficier de la prime à la conversion, il est nécessaire de mettre au rebut un véhicule ancien, essence ou diesel, correspondant à des critères d’âge et de pollution précis et d’acheter ou louer un véhicule électrique neuf ou d’occasion répondant aux normes environnementales admissibles.

Les démarches pour obtenir ces aides financières se font en ligne :

  • Pour le bonus écologique, le dossier est à déposer directement liée à l’achat de votre véhicule ou après sa livraison.
  • Pour la prime à la conversion, une demande préalable avant l’achat du véhicule est généralement nécessaire, de même que la justification de la destruction de l’ancien véhicule.

Les montants accordés varient selon les cas, pouvant atteindre un maximum de 7 000 € pour le bonus écologique pour les ménages non imposables, et un montant pouvant s’ajouter à ce dernier pour la prime à la conversion, celle-ci pouvant varier énormément en fonction des conditions de ressources et du type de véhicule retiré de la circulation. Il est recommandé de se renseigner précisément sur les conditions d’attribution et sur les montants applicables en fonction de sa situation personnelle pour profiter de ces dispositifs financiers attractifs.

Quelles sont les spécificités régionales pour l’immatriculation des véhicules électriques ?

Si l’exonération de la taxe régionale pour les véhicules électriques est une constante à l’échelle nationale, il existe des particularités régionales à considérer en ce qui concerne l’immatriculation des véhicules dits propres, tels que les hybrides, les véhicules roulant au GPL ou à l’E85. Voici un aperçu des spécificités à l’échelle régionale :

En Corse, on observe une exonération totale de la taxe régionale pour les véhicules hybrides, roulant au GPL ou à l’E85. Pour sa part, la région des Hauts-de-France propose une réduction de 50 % sur le prix du cheval fiscal pour ces mêmes catégories de véhicules. En revanche, d’autres régions telles que le Grand-Est, l’Occitanie, l’Île-de-France, et bien d’autres n’offrent pas d’avantages spécifiques pour l’immatriculation des véhicules propres autres que totalement électriques.

Quelles sont les sanctions en cas de non-immatriculation d’une voiture électrique ?

L’immatriculation d’un véhicule est un passage obligatoire, et ce, même pour les véhicules électriques. Les sanctions en cas de retard ou d’absence d’immatriculation peuvent être lourdes. Si vous ne respectez pas le délai de un mois après l’achat du véhicule ou après un changement de situation nécessitant une nouvelle immatriculation, vous vous exposez à :

  • Une amende forfaitaire pouvant aller jusqu’à 750 €.
  • Des amendes majorées en cas de non-paiement dans les délais impartis.
  • La possibilité de se voir immobiliser le véhicule par les forces de l’ordre.

En cas de contrôle sur la voie publique, si le véhicule est dépourvu de carte grise valable, cela peut généralement se traduire par une immobilisation immédiate de celui-ci, entraînant parfois des frais supplémentaires pour sa mise en fourrière. De plus, l’absence d’immatriculation peut poser des problèmes en cas de sinistre, puisque l’assurance pourrait refuser de couvrir les dommages.

Il est donc impératif de respecter les procédures et les délais d’immatriculation pour éviter tout désagrément administratif et financier.

Vous pourriez aussi être intéressé par :